Les visages de la honte

Il était une fois un pays merveilleux. Peuplé d’hommes, de femmes et de petits d’hommes et de femmes libres, cet endroit était réputé pour être, depuis des siècles et des siècles, une terre où il fait bon vivre. Au sein de cette nation soudée, les enfants rentrent de l’école en gambadant, et une fois propres comme des sous neufs et les devoirs bien rédigés, ils s’attablent le soir devant un repas consistant et bien mérité.

Ce soir, Ouistiti et Lézard sont propres comme des sous neufs et leurs devoirs sont terminés. Devant leur omelette, ils chahutent un peu avec leurs frères et soeurs, pendant que papa et maman tentent péniblement d’avoir une conversation d’adultes. Quand soudain, c’est le drame.

Ouistiti fait les gros yeux. Lézard vient de lui dire « T’ES QU’UN MOMOSEXUEL !« 

Panique autour de la table de chêne.

Pourtant dans le ton de Lézard, il n’y a que du défi. Clairement, dans sa petite tête, le mot « momosexuel » n’a aucun sens. En décidant de le jeter à la tête de son frère, il veut savoir quelle réaction cela va engendrer. Il n’ose pas demander clairement à maman ou papa, « c’est quoi un momosexuel ? », alors il guette leur expression, il attend peut-être les hauts cris, pour savoir si c’est un mot noir très noir ou un mot tout doux tout rose. (et son frère Ouistiti aussi, il n’est pas plus au fait de ce qu’est un momosexuel)

Là, plusieurs cas de figures.

Maman pourrait répondre : « Mais enfin, ça ne va pas la tête, de traiter ton frère d’homosexuel ?! D’abord, sais-tu seulement ce que c’est, qu’un homosexuel ? C’est un homme qui aime un autre homme. Tu imagines ça ? Est-ce que ton frère a un amoureux ? Non ? Alors tais-toi donc maintenant et finis ton omelette sinon pas de dessert. Et en silence j’ai dit ! » Lézard, dépité, jetterait un regard furtif à Ouistiti, qui hausserait les épaules et ils fourrageraient dans leurs assiettes, encore pleins de questions.

Lézard et Ouistiti auraient appris un bien vilain mot aujourd’hui. Déjà, c’est pas « momosexuel », hein, et c’est « homosexuel ». Et maman elle aime pas ce mot, pas plus que papa au vu de ses sourcils tout froncés. C’est que ce mot doit être bien noir, et qu’il doit faire mal aux gens quand on leur dit. Pas comme « chaton » ou « doudou », c’est sûr.

Mais maman pourrait aussi répondre : « Eh dis donc, petit Lézard ? C’est quoi un momosexuel ? Tu le sais toi ? » Lézard se trouverait bien bête, et secouerait la tête en dénégation. Alors maman dirait « Un momosexuel, ça n’existe pas. Par contre un homosexuel, c’est un homme qui aime un autre homme. Quand on est un homme et qu’on aime une femme, on est hétérosexuel. Papa et moi, on est hétérosexuels. Tatie Tortue, elle a une amoureuse tu te souviens ? » – « Oui, son amoureuse c’est Crevette ! » – « Tatie Tortue et Crevette sont amoureuses, elles sont homosexuelles. Ce n’est pas un mot noir, ni un mot rose. C’est un fait. »

Lézard et Ouistiti penseraient alors à Tatie Tortue et à Crevette. Elles sont jolies toutes les deux, et elles sont tellement gentilles !

Et Lézard et Ouistiti ne penseraient jamais qu’être « homosexuel » puisse être source d’insultes, de coups, ou ne serait-ce que d’un regard intrusif quand on marche dans la rue.

Lézard et Ouistiti penseraient qu’être homo ou hétéro, c’est comme être blond ou brun, porter des lunettes ou des lentilles, faire du tennis ou de la broderie. Ca ne provoquerait aucune surprise chez eux, aucun dégoût, aucun questionnement. Ils trouveraient ça aussi normal que banal, et jamais il ne leur viendrait à l’esprit de cracher sur un couple de femmes, de les accabler d’injures toutes plus dégradantes les unes que les autres, ou de casser la gueule à un homme qui tient la main d’un autre homme en sortant d’un restaurant.

Jamais ils n’accepteraient de retourner des siècles en arrière.

Pour eux, l’homosexualité ne serait pas une maladie, ni une tare, ni une honte. Ce ne serait pas contagieux, ce ne serait pas dommageable, ce ne serait pas quelque chose qu’il faut cacher. Ca ne pourrait pas donner lieu à des coups, des injures, des discriminations. Pour eux, les homosexuels seraient des gens normaux.

____________________________

Si la France était peuplée de Lézards et de Ouistitis à qui les parents avaient dit, « homosexuel, ce n’est pas une insulte », Wilfred, Sylvain et tous les autres n’auraient pas eu à porter plainte pour coups et blessures.

Je regrette sincèrement qu’aujourd’hui, il n’y ait pas plus de Lézards et de Ouistitis en France, qu’il y ait encore des Frigide Barjot et des Christine Boutin, pour venir emmerder le monde avec leurs convictions à deux balles et leur violence inouïe. Allez, pour rigoler, qui vous attire le plus de sympathie ?

Cette femme ?

Celle-là peut-être ?

Ou bien elle ?

Qui a le visage de la honte ? Celle qui considère légitime que des enfants même pas en âge d’aller à l’école soient mêlés à un rassemblement d’homophobes et d’extrême-droite, et qui vient nous parler après de ce qui est bon ou mauvais pour nos enfants français ? Celle qui n’a jamais eu aucune crédibilité dans le débat de la filiation homosexuelle étant donné qu’elle est mariée à son cousin et dont le discours est incompréhensible ? Ou celle qui n’a rien fait de mal à part animer les Oscars en 2006 ? Ah oui, accessoirement Ellen DeGeneres est homosexuelle et mariée depuis 2008 avec Portia de Rossi.

Je trouve d’une tristesse accablante qu’on vive dans un pays où aimer et être aimé peut attirer autant de haine et de violence. Je trouve révoltant qu’on puisse manifester, et emmener des enfants innocents et malléables dans ces manifestations, pour NE PAS accorder des droits à des confrères humains.

Pensez, quand vous manifestez, à l’image que vous renvoyez au monde. Peut-être dans votre sphère, êtes-vous considéré comme étant dans le bon chemin, peut-être chez vos amis, tout le monde partage-t-il vos convictions.

Mais quand le reste de la France, et les trois quarts du monde entier, considèrent ces mouvements extrémistes comme étant à la limite de la barbarie, quand des Belges viennent témoigner de leurs indignations (sur mon blog ici – et d’ailleurs le commentaire d’Audrey est très juste) face à ce déferlement d’actes de haine, quand les petits enfants néerlandais ne comprennent MÊME PAS pourquoi les homos n’ont toujours pas le droit de s’aimer en paix chez nous, je le dis : elle est bien belle la France.

Je ne suis pas gay-friendly, je ne suis pas pro-mariage gay.

Je suis pro égalité. Je considère que mon prochain est un être humain et mérite ma considération. Son orientation sexuelle, sa religion ou sa couleur de peau ne m’intéressent même pas, parce que pour moi, ça ne change rien. Et vous ?

crédit photo : © Olivier Ciappa

Publicités

30 commentaires

  1. Pauline, quelle fine compréhension de la communication tu as. Et en bonus, on a le mode d’emploi pour expliquer toute chose aux enfants.
    Je suis d’accord avec tout ce que tu dis et tu le dis tellement bien. Merci Pauline.

  2. Justement j’ai écrit hier ( et je vois ton article aujourd’hui) Sérieux, c’est la honte! :/ Dans ces moments là… Dur dur d’aller chercher un dossier de naturalisation, j’suis pas motivée!

    1. Oui c’est grave la honte… honte d’être française, et pour ceux qui sont catholiques et qui n’approuvent pas ces discours haineux, honte j’imagine qu’on puisse mêler un Dieu d’amour et de respect à tout ça… (en tout cas pour moi qui ai été élevée dans la religion sans le cautionner maintenant, je suis outrée qu’on puisse mettre Dieu, Jésus et tout ça dans le même sac, ça me dégoûte !)

  3. Évidemment que Frigide Barjot… Je voudrais pas dire du mal… Mais, disons, n’a rien compris, ne dit que des stupitités qu’elle ne comprend pas, n’est qu’un pantin de télévision là pour discréditer les autres, pour ne PERSONNE, surtout, aille voir le fond du problème, personne surtout à réfléchisse en dehors du stéréothipe (peu importe comment ça s’écrit !)
    Si je dois dire ce que je pense : je suis dégoutée que le mensonge soit tant aimé et reçoive un accueil si chaleureux chez des personnes qui ont décidé que les efforts c’est nul. Totalement dégoutée
    Autoroute directe vers la mort et le fachisme gaucho.

    Si tu fais des « vraies » recherches… Je t’invite au moins à lire ce que je t’envoie pas mail. Aucune insulte voulue simplement par respect pour l’intelligence humaine.

  4. Bel article! Je suis d’accord..

    Et j’ose croire que nous serons un jour des parents, qui pourront éduquer a leurs enfants que ce n’est pas une maladie, pas un mal mais simplement un fait :)

    Bises

    Anne-C

  5. Ça me rappelle quand j’habitais Paris, Bellevile, ces jeunes enfants (6-7 ans) qui s’injuriaient à coup de « pd sexuel ». L’éducation est sans aucun doute le meilleur antidote contre toutes les intolérances.

  6. Le mariage pour tous me pose un problème au niveau de la légalisation de la pma et de la gpa. Ce projet n’est pas encore au programme mais la CEDH nous obligera à le faire par égalité par rapport aux couples hétérosexuels.

    Qu’il s’agisse d’un couple homosexuel, hétérosexuel, de famille monoparentale ou non, je trouve que la pma et la gpa ont de nombreuses limites notamment au niveau de la marchandisation du corps des femmes et de l’eugénisme.

    Jacques Testart, premier biologiste à avoir fait un bébé éprouvette en France a fait un article à ce sujet : http://jacques.testart.free.fr/index.php?post/texte716

  7. comment dire ? Oui les personnes homosexuelles ont le droit au respect et sont libres de s’aimer. Oui ils ont le droit de voir leur vie commune reconnu par un contrat prévu par la loi. Mais le mariage suppose la filiation, et il n’y a rien d’homophobe à dire que 2 hommes ou 2 femmes ne peuvent pas faire d’enfant, et donc que leur reconnaître le droit de se marier va modifier la filiation, ce qui provoquent un refus du « mariage pour tous » d’une partie de la population. Et non toutes les personnes qui refusent de modifier la filiation ne sont pas homophobes, ni même extrêmistes d’ailleurs.

    1. Ce que je ne comprends pas du tout, c’est en quoi modifier la filiation est-elle est problème ?
      Les familles monoparentales sont-elles encore réprouvées ? On pourrait arguer que n’avoir pas de papa ou pas de maman est nocif pour un enfant.
      Les familles reconstituées sont-elles encore réprouvées ? On pourrait arguer que vivre au quotidien avec une figure masculine/féminine qui n’est pas le père/la mère biologique, est nocif pour l’enfant.
      C’est nier une réalité qui existe déjà de toute manière, que de refuser de modifier la filiation pour y incorporer les familles homoparentales. Ces dernières existent déjà, tout ce qu’elles demandent, c’est d’avoir des droits. Je ne comprends pas qu’on puisse vouloir les leur refuser.

      1. Un enfant vivant dans une famille monoparentales ou recomposee ne voit pas sa filiation modifiée, car son parent absent est inscrit sur son livret de famille, pour les couples homosexuelles, la loi décidera qu’un enfant peut naître de 2 femmes ou hommes, ce qui est un mensonge fait aux enfants. C’est là que la filiation est modifiée. De plus, concernant la protection des familles déjà existantes, plusieurs juristes ont expliqué au milieu de tout ce brouhaha que les solutions de protection existent déjà et qu’elles ne sont pas moins bonnes qu’avec le mariage.
        Bonne nuit

      2. Tenez vous vraiment la communauté LGBT en si basse estime que vous pensez qu’ils feront preuve d’une telle mauvaise foi? Vous voyez vraiment un couple homo expliquer à son enfant: « Ah oui oui, tout à fait, on t’a conçu à deux, tou(te)s seul(e)s » pour que le gosse se fasse démontrer le contraire en cours de bio en 4ème? La loi ne décidera pas qu’un enfant naît de deux hommes ou femmes, de même que la loi ne décide pas que le ciel est désormais vert pomme. En revaaaaaanche, la loi permettra de déclarer le conjoint ou la conjointe « parent ». Et cette personne sera sur le livret de famille, comme le père absent de la famille recomposée dont vous parlez. Ce n’est qu’une régularisation d’une situation déjà existante.
        Prenez Judith Silberfeld, rédactrice à Yagg qui n’est ni père ni mère, mais parent. Elle n’a pas pris part à la conception, mais n’empêche que son nom apparaît sur le sacro-saint livret de famille.
        Ah, et aussi: Les solutions de protection existent déjà et sont aussi bonnes qu’avec le mariage: c’est, encore une fois, FAUX. Reprenons notre Judith: En cas de décès de son conjoint / sa conjointe (je connais pas plus que ça de sa vie, je l’admets), elle n’aura pas son mot à dire quant au devenir de l’enfant, alors même qu’elle l’a vu et AIDE A GRANDIR, c’est quand même aberrant.
        C’est la même avec le pacs, qui offre moins d’avantages que le mariage: (D’ailleurs, là où le premier relève du droit des contrats, le deuxième dépend du droit des personnes, si je me souviens bien.)

        C’est toujours pareil avec les gens contre le mariage pour tous. Des arguments, certes, mais des faux, des partiellement vrais, des détournés… Et quand on les démonte pierre par pierre, on se rend compte qu’il n’y avait que ça. C’est tout. Derrière, rien de concret. Alors oui, pour moi, les gens contre le mariage pour tous sont homophobes parfois à leur insu, parce que quand on leur répète à tort et à travers qu’ils se basent sur des théories biaisées, ils tentent quand même de les ressortir, comme si ils craignaient qu’on finisse par se rendre compte qu’au fond, ce qui les motive, ce n’est pas un vrai raisonnement, mais une gêne, un dégoût, un p’tit semblant de « Putain, mais c’est pas normal, quand même, c’est DEUX MECS, quoi… Le gosse, il va être obligé de porter du rose et de vouer un culte à Lady Gaga… ». Mais malgré tout, ça reste des gens qui ont pas moins les moyens d’être parents que vous et moi, et c’est pas parce que les Scissor Sisters, ça les fait kiffer qu’il faut obligatoirement en déduire qu’ils vont forcément déteindre sur leur enfant… On pourrait dans ce cas arguer que votre éducation conservatrice vous a fait prendre les homos en grippe, et je pense que vous n’aimeriez pas, pas vrai?

          1. Dire que j’ai l’inter-LGBT en basse estime est votre propos, je disais juste qu’ils ne sont pas plus objectifs que les anti. Et cela vaut pour une grande partie des combats de cet ordre. Un citoyen peut avoir une opinion mesurée, un lobby cela m’étonnerait.
            Pour terminer, je vous remercie de m’apprendre que je suis homophobe. Je ne pense pourtant pas avoir peur des personnes homosexuelles, mais vous avez l’air de mieux savoir que moi, alors merci.

          2. Évidemment que l’inter-LGBT prend parti et est subjective, c’est une association qui se bat pour les droits de ses représentés ! En revanche les « anti », à part se battre pour laisser perdurer une inégalité discriminante, que font-ils ?
            S’il faut jouer avec les mots, je citerai Morgon Freeman : « Je déteste le mot homophobie. Ce n’est pas une phobie, vous n’avez pas peur. Vous êtes juste des connards. »
            C’est pas moi qui l’ai dit.

    2. Non ce n’est pas mon propos: Je n’ai pas dit l’inter-LGBT, j’ai dit la communauté LGBT, y a une grande différence. Je fais partie de la seconde, mais pas de la première, par exempel. Ensuite, l’inter-LGBT n’est PAS un lobby, c’est une association. Et même si c’était un lobby, ce serait un lobby que je ne verrai pas d’un mauvais oeil, pour vous parler franchement. Et je les pense plus objectifs que les antis, oui, parce que comme je le disais, ces antis se basent sur de faux arguments, et vous le prouvez par votre discours… Les types de l’inter-LGBT sont des gens qui SAVENT réellement à quoi correspond la communauté LGBT. Les antis sont des gens qui sortent des arguments du genre: « Il existe déjà des protections juridiques équivalentes au mariage », je sais pas vous voyez le genre… C’est pas trèèèès objectif, vous voyez… C’est faux.

Qu'en dis-tu ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s