Fragile

Je pourrais vous écrire des tonnes de trucs trop rigolos et on se fendrait bien la poire, mais faut croire que c’est pas trop le moment. Parce qu’apparemment c’est le moment du changement. Et je sais pas vous, mais moi les changements je mets un certain temps à les appréhender, à les accepter et à m’y habituer.

On déménage. On n’attend plus qu’une date pour signer le bail et hop, bye bye le quatrième étage humide et froid. Je suis contente. Et puis je me demande ce que ça va me faire de devoir emménager ailleurs, et de devoir « tout recommencer ». De pouvoir faire de ce nouvel endroit mon endroit, vraiment : y laisser ma trace, mes petites grenouilles en nacre ou en bois venues du Sénégal ou du Pérou. Pays que je n’ai jamais vus mais dont je connais l’art de la fabrication des figurines de grenouilles. J’ai plein d’envies et d’espoirs, l’espoir d’avoir vraiment plein de place, l’envie de peindre des arabesques géants sur les murs du salon. J’ai un peu peur aussi, et si finalement c’était pas si bien ? Si finalement c’était quasiment aussi nul que là où on est actuellement ? Et si je m’étais trompée ? (faut savoir qu’un mardi je me suis réveillée avec l’envie de déménager, l’après-midi je tombais sur l’annonce du nouvel appart en question, et le samedi on remplissait un dossier à l’agence, dans le genre coup de tête, ça se pose là)

Monsieur Chéri a un travail. Il n’est plus là, la journée, sa présence me manque, alors on a pris un chat. Pas exactement comme ça ni pour ça mais disons que ça coïncide. Deux semaines sur quatre, Monsieur Chéri va vivre sa vie à Paris et je me retrouve comme une célibataire, une dose massive de SMS pleins d’amour en plus, mais un peu toute seule quand même. Le chat n’est pas aussi doux que Monsieur Chéri. Et moi, toute seule dans 22 m², je ronge mon frein, j’ai froid même quand il fait chaud, et j’ai un peu l’impression de tourner en rond. Je m’invente des projets, des plans de carrière, mais en fait je ne sais pas ce que je veux. Thérapeute, coach, assistance maternelle, écrivain ? Rien du tout ? Je ne sais plus. Je ne sais pas. Et j’ai froid.

J’ai essayé de dessiner une ligne éditoriale pour mon nouveau blog et puis je me rends compte que c’est assez restrictif comme idée. Un thème, qui m’empêche de parler de sujets d’actualité ? Pourquoi j’ai décidé ça ? Mais bon, comme c’est mon blog je fais ce que je veux. Du coup je ne sais plus quoi faire.

C’est l’hiver. Déjà. Je suis partagée entre l’amour inconditionnel que je porte aux bourrasques de vent et aux clémentines, et la déprime saisonnière qui me rattrape déjà à grands pas. Je fixe mal la vitamine D, m’voyez. Quelle idée de planter sa tente dans le nord. Alors je me gave d’agrumes et j’essaye de positiver. J’ai une irrépressible envie de dire à tous les gens que j’aime combien je les aime et pour toujours, comme s’il n’y avait pas de lendemain.

J’ai l’impression d’être le plus fragile des roseaux, ballottée par les vents du changement qui viennent de tous les côtés. Mais il paraît que les roseaux c’est fragile en apparence, et qu’en fait ça survit très bien aux rafales. Alors j’attends que la tempête passe, je râle sur le Cned qui constitue la moitié de ses cours avec des copier-coller de sites internet, je fais des beaux dessins avec les arabesques que je voudrais voir sur mes prochains murs, et j’essaye d’écrire un peu, taraudée que je suis par plein d’interrogations hyper profondes et super bizarres.

Donc c’est pas super rigolo en ce moment. J’avoue que je sais pas trop quoi vous dire en ce moment, qu’est-ce que vous avez envie d’entendre ? Le blog a deux ans et quelques jours, et je ne sais plus vraiment pourquoi je suis là à vous écrire. Qu’est-ce que vous attendez de moi ?

(vraies questions hein, aidez-moi là, ce serait pas de refus)

Je m’en retourne me geler les miches à côté du chat mignon qui dort en boule, ne m’oubliez pas, après deux ans d’amour ce serait ‘achement dommage.

Publicités

16 commentaires

  1. un petit coup de blues mais ça passe il faut tenir ! :)
    quand j’ai ça je me perds dans les poèmes de Paul Eluard notamment ceux du recueil ‘Capitale de la douleur’ (ok le titre est pas très attirant mais les poèmes sont magnifiques) . C’est un poète surréaliste qui cherche à écrire de façon libre, sans règles , sans contraintes et le rendu est vraiment magique! j’espère que ça t’aideras à te sentir moins seule
    et continue de faire des articles sur ton blog c’est vraiment instructif et apaisant (bon à ce stade tu dois vraiment me prendre pour une folle, mais c’est sincère)
    et d’ailleurs si tu lis les poèmes à haute de voix c’est encore mieux
    bonne continuation !

  2. Quoi faire ?
    > commencer à stocker des palettes (donc les trouver, donc discuter avec tous les commerçants / artisans / entrepreneur de coin) pour réaliser toutes des idées décos de manière écolo et pas cher

    > étudier la permaculture, pour réfléchir à quoi planter… histoire de commencer les semis chez toi en février (pour les tomates, par exemples)
    http://kaizen-magazine.com/la-video-de-la-semaine-17/
    http://lesbrindherbes.org/2013/01/19/le-potager-permaculture-bio-penser-ou-depenser/

    > lire ce bouquin et NE PAS déménager la TV (et en faire un article pour les VI)

    > lancer un projet de ce type :
    http://www.incredible-edible.info/

    > profiter de ton coup de blouse pour larver et recharger les batteries… :)

  3. Rares sont les choix définitifs… que ce soit l’appartement ou le titre du blog, ça se renégocie quand c’est nécessaire.
    En tout cas j’ai grand plaisir à te lire, à chaque fois… Je me sens un ptit peu moins étrangère dans un monde de fous.
    Bon courage pour les changements.

  4. On passe tous par ce genre de phase…tu n’as pas à te sentir obligée d’écrire, nous on exige rien de toi, on prend juste ce que tu veux bien nous donner et on aime bien ça :D tu as une écriture très poétique d’ailleurs au passage…Alors bon courage pour positiver le plus possible, et re écrira ce qui te chante dès que tu seras inspirée ;)

  5. Je croirais m’entendre si j’avais le courage d’exprimer sur un blog ce que je ressens de temps en temps. Tu n’es pas la seule à avoir ces coups de blues « inexplicables » (en fait, c’est pire qu’inexplicable, ce sont les explications qui ne tiennent pas la route). Le plus dur, ce sont les quelques jours qui précèdent et suivent le déménagement, avant qu’on se fasse à notre nouvelle vie ! Et les premières semaines sans son homme, après on apprécie aussi le temps dégagé.

  6. et bien ma jeune idiote préférée, petit coup de vague a l’âme, ça arrive même au meilleure la preuve demain est un nouveau jour -pleins de promesses-
    Il y a presque 3 ans je suis partie avec ma valise avec 4 t-shirt 2 pantalons 2 robes le manteau et les chaussures que j’avais aux pieds. J’ai donné vendu et jeté ce qu’il y avait dans mon 3 pièces, heureusement grâce a mon boulot j’ai eu une mutation. je suis a 800 km d’un coté 600 de l’autre et 250 km de ma famille. J’ai vécu 11 mois dans un foyer de jeunes travailleurs une chambre de 13 m² les sanitaires et la cuisine sur le palier, puis j’ai trouvé un appartement je suis installée avec le minimum vital –j’ai découvert le minimalisme et j’en ai fait une philosophie de vie– tout ça pour te dire que parfois il m’arrive de me demander si j’ai bien fait et quelque moment de découragement cela m’arrive aussi– sur le moment pour moi il était vital que je parte et fasse table rase du passé –ce qui n’est pas ton cas pour le passé– le moment de découragement passé je me dis mais oui j’ai eu raison de le faire ma situation personnelle a évoluée mon parcours spirituel aussi j’apprends chaque jour, ma devise au réveil je me dis : j’ai un toit j’ai du travail je suis en bonne santé j’ai une famille et des amis que j’aime et qui m’aime, je souris a la vie et la vie me le rend bien.
    ha oui j’ai oublié de te dire j’ai 58 ans et je suis heureuse
    prends soin de toi avec toute mon affection Viviane

  7. BONJOUR :)

    Je vais te tutoyer, c’est plus facile pour moi! Bon ben on dirait que la jeune idiote (que je viens de découvrir et que je trouve pleine d’esprit !) a un petit coup de mou !!! Bah ça arrive , prends le comme il vient ce petit coup de blues, laisse le te traverser et il en ressortira quelquechose.
    J’ai envie de te dire: « Quoi de plus normal d’avoir un petit passage à vide à l’aube d’un changement? » Moi j’adore les personnes qui se réveillent un matin en se disant qu’il faut que ça change et hop les choses s’enchaînent !!!!
    C’est génial jeune idiote :)
    Avec ce déménagement tu enclenches un mouvement… La vie permet plein de changements et voilà tu y es ! Haa ça fait mal toutes ces interrogations mais je t’assure que c’est une grande chance d’avoir ta sensibilité , elle te fait grandir et elle offre à ceux qui te lisent la possibilité de se poser à leur tour des questions et ainsi de les faire évoluer.

    Fais toi confiance.

    Et bon emménagement, tu vas te régaler ! Quelle surface? Quelles couleurs?

    Plein de bonnes choses pour toi!

    Sophie (qui adore déménager mais qui à chaque fois à beaucoup de stress qui retombe ensuite comme un petit bonheur en pluie sur le nouveau lieu ;) )

  8. Coucou,
    Je ne vous suis pas depuis longtemps mais j’aime beaucoup vos petits mots, vos « coups de gueule » et votre grande sensibilité.
    Fragile oui mais une personne « droite » dans ses bottes qui essaie d’analyser la vie et les gens en passant…..et c’est pas toujours simple!
    Croyez fort en vous et plein de petits rayons de soleil viendront illuminer votre vie.
    Vive les « idiotes »…..et puis moi, je l’aime bien votre blog!
    Bon courage à vous.

Qu'en dis-tu ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s