10 choses qui prouvent que je deviens une adulte

La dernière fois, je faisais tranquillement ma liste de Noël (une longue tradition familiale à base de torture et de « Mais tu mets pas des chaussettes sur ta liste quand même ? » et de réassurance : « Mais si, si je mets ça, c’est que j’en veux, ACHETE-MOI CA BOUDIOU »), je me suis rendu compte que les temps avaient vraiment, vraiment changé.

Il y a encore peu de temps, ma liste de Noël ressemblait à celle d’une Hermione Granger un peu narcissique — puisqu’elle lirait ses propres aventures reliées en cuir — et passionnée de collants. Et puis voilà que j’évolue doucement. Emma Watson ne ressemble plus à Hermione Granger (ou inversement) depuis dix ans, faut bien se faire une raison : j’ai grandi aussi. Je n’ai plus douze ans. Je te vois dire « oh ça va, c’était y’a pas si longtemps tes douze ans, idiote », et je m’en vais te tirer la langue.

Je deviens une adulte.

Je mange de la soupe. Volontairement.

Même que j’achète des légumes pour faire ma soupe moi-même. Et ça me fait kiffer ! Comme tous les êtres humains à peu près normalement constitués, après avoir passé des années à ingurgiter des légumes liquides sans qu’on me demande mon avis (aka : le stade « bébé »), j’ai ensuite refusé en bloc tout ce qui poussait sur un arbre (à part les bananes, car je suis cousine du singe hein), avant de dire « mouais, bof, pas mon délire ».

Et là ça y est. J’ai 19 ans, quand j’ai la flemme de cuisiner je me réjouis d’avoir une bouteille de soupe (bio, qui plus est !), et même que wow, brocolis courgette petit pois, la régalade ultime !

Je suis perdue. C’est la fin je vous dis.

Je fais du repassage. Et j’aime bien ça.

Je pense que la deuxième partie de cette assertion changera le jour où on carburera à deux lessives par jour et autant de petits bodys chiants et de micro-chaussettes improbables, qu’on fourrera sans autre forme de procès dans des tiroirs, mais pour l’instant…

Attendez je vous dis quand même que j’ai mis « fer à repasser + planche » sur ma liste de Noël. Comme ça sans complexe, en mode djendeur des années 50 totalement assumé. Et donc j’ai eu ce fameux fer et cette planche, et depuis j’ai presque hâte de mettre mes 5 gouttes d’huile essentielle de lavande dans le fer pour que la vapeur sente bon. Monsieur Chéri me regarde avec des yeux hallucinés, « M-mais… mais t’es pas obligée de faire ça tu sais. »

Je SAIS.

Laissez-moi kiffer la vibe avec mon fer OK.

Je ne lis plus de romans. Enfin presque.

Disons que je ne suis pas trop l’actualité littéraire, j’ai fait commettre à Monsieur l’achat de Naissance (de Yann Moix) et je n’arrive juste pas à m’y mettre parce qu’au lieu de lire des histoires, je lis.

Des livres de développement personnel.

Tadam.

Je suis à ça (visualiser tout petit espace entre votre pouce et votre index) de devenir une personne extrêmement chiante, mais c’est pour le plus grand bien. Je me tape actuellement les 900 pages de Plaidoyer pour l’altruisme de Matthieu Ricard, et je jouis à chaque paragraphe. En tout bien tout honneur, évidemment.

(note à Monsieur Chéri : mais si je vais finir Games of Thrones) (le mec ce matin au réveil me sort de but en blanc « mais je te quitte, t’as pas fini Games of Thrones ! ») (tout va bien chez nous hein, aucune folie d’aucune sorte)

Je donne des conseils. Plein.

Je passe ma vie à psychanalyser les gens et à essayer de déterminer ce qui serait le mieux pour eux, dans une démarche totalement altruiste (voir paragraphe ci-dessous). Je prends un ton très docte, comme si je savais tout ou presque, et je m’en vais décortiquer la vie des gens pour leur servir des explications sur un petit plateau d’argent. Je multiplie les plateformes pour accomplir ces méfaits, je suis sur des forums, sur des groupes d’entraide, mes potes sont mes premières cibles…

A tel point que c’est la cinquième fois en un mois qu’on me dit : « Tu es psy dans la vie ? »

Ahah, si seulement.

J’ai rédigé un chèque au Trésor Public.

Et ça, ça fait grave mal au cul.

Tu rentres chez toi, pépouze, tu récupères un gentil papier du ministère des finances, et tu veux mourir car ce sont les impôts locaux. T’as envie de leur demander s’ils ont bien vu la gueule de ta piaule avant de te réclamer des sous pour avoir osé poser ton auguste postérieur dedans, puis tu te résignes.

Ce n’est que la première fois que l’Etat viendra sucer tes maigres deniers et tu t’écrases déjà.

On a quand même passé 10 bonnes minutes à scruter le descriptif détaillé du bouzin afin d’être SÛRS et CERTAINS qu’on ne payait pas la taxte audiovisuelle. Car :

Je n’ai pas de télé. Et j’en suis fière.

OK, vous allez me dire, plein de jeunes n’ont pas de télé. C’est pas la mort.

Mais j’ai un comportement tellement bobo-normé face à cette absence de télévision dans mon salon que franchement, on pourrait croire que j’ai 55 ans, que je vis à Neuilly et que j’ai des rangs de perle. « La télé, pff, c’est tellement abrutissant… même Arte c’est plus ce que c’était… laissez-moi lire mon Plaidoyer pour l’altruisme en sirotant du thé au champagne, je vous prie… » (oui, j’ai du thé au champagne. Si t’en veux aussi, t’avais qu’à être inscrit à Envouthé. Na.)

A savoir qu’on avait une télé. Mais on l’a rendue à son heureuse (?! :P) propriétaire et on a décidé qu’on n’en rachèterait. Jamais.

Posés dans leurs convictions les mecs.

Mon mec part en déplacement professionnel.

Tranquillement.

Il dort à l’hôtel, mange au resto (ou alors il va acheter des Pépitos au Franprix, preuve qu’il a pas encore achevé sa transition non plus, hein), et a des notes de frais. Ca se passe de tout commentaire.

Je suis donc femme au foyer, seule et solitaire, deux semaines sur quatre. Et j’envisage très sérieusement de : a) sortir rencontrer des madmoiZelles histoire de pas me sentir trop ridée avant d’avoir atteint la vingtaine, b) me faire une soirée vin blanc/bain moussant/bouquin comme dans les films américains, car l’idée me fait sérieusement frétiller de la croupe.

Je sais faire du Tetris dans les valises.

Telle une bonne ménagère de moins de 50 ans, l’organisation des bagages est mon premier hobby et je suis devenue experte en casage de trousse de toilettes entre le chargeur de batterie du laptop et les deux pulls. Les paires de chaussettes vont dans les coins, et les calecifs sont bien pliés (et même repassés, les bougres), à plat, au fond, sous les Tshirt cols en V.

La femme parfaite.

Note : je sais également faire du Tetris dans le frigo, mais pour ça faudrait qu’il soit plein à craquer, ce qui n’arrive jamais. (depuis qu’on n’achète plus de viande, notre frigo contient du ketchup (CULINAIRE, siouplé), des œufs, de la confiote, du jus d’orange, du lait végétal et paaaaarfois du fromage et du yaourt de soja. Pas de quoi affoler la commanderie de l’arrangement spatial)

J’ai une voiture. Et je la conduis.

En toute légalité. (c’est ça le plus effrayant en fait)

Même que j’ai une assurance tout-risque, une carte grise, et une clé qui fait bip-bip pour ouvrir et fermer la bécane. Même que je fais partie de cette tranche de la population qui râle sur les piétons qui traversent hors des clous, qui cherche une place de parking quitte à faire 3 fois le tour du pâté de maison, et qui effectue une danse de la joie à chaque créneau réussi. La danse de la joie se transforme en danse de la victoire ultime et de l’amour éternel quand le créneau était à gauche.

Ah, j’insulte aussi les autres conducteurs du coup. Parce qu’ils sont cons, merde quoi. (paaas bien, la non-violente en cartooon)

Harry Potter a plus de 15 ans.

La trilogie du Seigneur des Anneaux en a 10 (je parle des films, ne me flagellez pas avec des fils de nylon svp), et aucun dessin animé de mon enfance ne passe plus à la télé.

Voilà.

Heureusement qu’il reste toujours Choderlos de Laclos et Françoise Sagan pour me faire me sentir jeune.

HAHA j’déconne.

Bon, et vous, est-ce que vous vous souvenez exactement (ou à peu près, hein) du moment où vous vous êtes dit, « ça y est, je deviens un·e adulte, au secours, sortez-moi de là !!! » ?

Publicités

14 commentaires

  1. J’ai compris que je devenais une adulte quand :

    – Les copine de ma mère apel, et que ses moi qui décroche « -salut sa va ? – oui et toi ? – oui sa va, je vais me mariée ! » et qui épiloguée sur leur vie, en attendant que je fasse de même.

    – Quand j’ai su taper mon code bancaire sans même y réfléchir.

    -Quand ma mère à arrêter de vouloir savoir ou je vais, à quel heure je rentre (si je rentre).

    -Quand sur ma liste de noël il y avait marquer « ustensile de cuisine »

    -Quand mes ados de cousine se sont mis à me parler avec des mot que je n’est pas compris.

    – Quand ma famille ont commencée à m’invitée à des événements en incluant mon chéri.

    – Quand j’ai commencée à organisée des repas, étais invité à « manger », et à boire le cafés.

    – Quand enfin dans les repas de famille, je ne mangeais plus à la table des « enfants », entourée de jeune entre 4 et 16 ans. Et que a la place d’un verre de coca, se trouvée un verre de vin blanc.

    – Quand un membre de la famille vien me chercher et me lance « tu vien fumée une clope » ou « tu m’en offre une ? »

    Voilà quelque exemple, à vrai dire la liste et longue.

    Ps : j’aime beaucoup tes texte !

  2. « Non mais ça vous fait vraiment rire Kev Adams? Parcequ’il est juste mauvais hein… »
    « T’appelle ça de la musique sérieux? »
    « Vous avez vraiment un look de merde quand même… »
    « Mais mais… Mais c’est d’la daube ce roman, tu vas pas me faire croire que tu trouves ça bien?! »
    « Sans déconner tu peux pas poser ton portable 2 putains de secondes? »
    « T’as rien de mieux à foutre que de poster des photos de toi dans les chiottes avec tes copines? »

    … Et tout un tas d’autres petites phrases lachées négligemment dans mes (rares) interractions avec des adolescent(e)s; voilà ce qui m’a fait réaliser que j’étais devenu « adulte » (ou vieux con au choix).

    La bonne nouvelle, c’est que :

    – je ne mange pas de soupe (je bouffe ce que j’ai envie quand j’en ai envie, autant dire que mes artères ressembleront probablement au périph’ parisien un vendredi soir quand j’aurai atteint la quarantaine)

    – je ne repasse pas (et ma femme non plus). On prend le jean tout froissé, on le secoue sauvagement jusqu’à ce qu’il ait une forme vaguement longiligne puis on le plie (quand on ne laisse pas tout simplement tout le linge dans le bac à linge pendant des semaines).

    – je lis toujours des romans… Mais jamais des nouveaux. Je lis et relis les mêmes livres depuis plus de 15 ans et ça me plait !

    – j’essaye de donner des conseils quand les gens en ont besoin, mais la plupart du temps je préfère me taire. J’ai horreur qu’on vienne me dire ce qui serait mieux pour moi (surtout quand les donneurs de conseils ne sont pas foutus d’avoir leur propre vie en ordre… Ptet pour ça qu’ils donnent des conseils d’ailleurs), donc je pars du principe que je n’ai pas à faire subir ça aux autres.

    – je paye le trésor public par prélèvements, ça fait ça de moins à « gérer » dans ma vie d’adulte compliqué… Et ça me permet de râler quand le prélèvement tombe parce que j’avais oublié et que je n’ai rien provisionné à force de dépenser mon maigre revenu nimporte comment (cf : je bouffe nimporte quoi nimporte quand).

    – je n’ai pas de télé non plus… Ce qui ne m’empêche pas de scotcher comme un débile en soirée dès que la moindre télé diffuse des débilités absolues (fort les gars…).

    – ma femme est absente pour le boulot 2 nuits par semaine… Ce qui me donne l’occasion de rester bêtement éveillé devant mon pc pour jouer en ligne, lire des articles et regarder des vidéos de chatons et autres dérives internautes…

    – je ne fais pas de valises puisque je ne pars jamais en vacances !

    – Je conduis quand j’y suis forcé, mais je n’y prend aucun plaisir (par contre qu’est-ce que je gueule au volant contre tous ces jeunes cons…)

    – Là pas le choix, Harry Potter a bien 15 ans… Et je ne comprends toujours pas l’engouement pour ce type de littérature et d’univers.

    Bref, j’ai dépassé la trentaine physiquement mais dans la tête, y’a encore du boulot… Et comme je ne suis pas très bosseur… ^^

  3. Je ne me suis jamais senti vraiment adulte mais j’ai su que j’étais « grande » quand les gens ont commencé à me dire « vous » ou « madame » (beurk beurk beurk!). Heureusement, personne n’est à l’abri d’une rechute: malgré des enfants, une voiture, un cheveu gris (là oui, au secours!), un vrai travail et une vingtaine d’années de plus que toi, je suis en pleine crise d’adolescence avec même pas mes dents de sagesse. Yes! Qui dit mieux?

  4. Bah en fait… tu me fais trop me sentir vieille d’un-coup-comme-ça-dans-ma-face XD Parce que cette année je fête mes 30 ans, et que je lis tes articles comme s’ils venaient de moi, mais que je viens seulement de comprendre que tu as plus de 10 ans de moins que moi. Alors ça veut dire que soit effectivement, tu t’empâtes déjà, soit je suis définitivement intérieurement plus jeune que les gonz de mon âge (bon ok, je commence à avoir des rides, mais ça compte pas, j’ai toujours eu la peau sèche^^). Ou un peu des 2 ;D

  5. Je te rejoint sur plein de chose (sauf le repassage, c’est vraiment troop chiant). J’ajouterais aussi « je fais des chèques » et « j’ai un PEL » (oui oui, à 21 ans!) Bon à part ça, comme je suis encore étudiante, j’ai pas tout à fait l’impression d’être une adulte, mais quand je regarde « les jeunes » dans le bus ou à la sortie du collège, je me sens tellement vieille!! Ca promet pour l’avenir! Heureusement, les gens, eux mettre trouve super jeune! Question de point de vue….

  6. Malgré un porte-documents en accordéon où on trouve des encarts comme « factures », « impôts », « loyer » et « banque », malgré le fait que sur mon tableau à l’entrée il est écrit qu’il faut que j’appelle la directrice de l’école pour y inscrire mon fils en septembre, malgré mon statut d’auto entrepreneur, malgré tout ça… Je me sens toujours pas « grande »! Je pense que lorsque j’aurai passé mon permis ça changera. Et puis j’ai ma dernière molaire de 12 ans qui est en train de pousser (la garce), et j’ai 23 ans. Je suis laaaaaaaaarge!

  7. Ce moment où tu vas voir tes potes, et à la question « vous voulez manger quoi ce soir ? », les réponses qui te viennent n’inclues ni pizza, kebab, sushi, mais salade, quinoa, et potiron… Doh’

  8. Juste pour te demander Pauline, si ça ne te gêne pas de corriger mes fautes de frappes dans mon précédent commentaire en attente de modération, enfin je sais même pas si c’est possible remarque… Dinde que je suis. Ma tablette est un boulet avec son écriture intuitive. ;) merci pour ton talent, tes engagements, et merci de me faire rire!!

  9. Arf!!.. Moi c’est quand on m’a annoncé, « c’est un garçon madame »
    Madame?? Ohé j’ai 26 ans! Et puis quand ce mini-moi est devenu plus important que moi mes salades composées et mes fringues, mes shoes dernier cri, et mes bijoux, mon maquillage et même mon job! Aussi quand nos nuits se sont trouvées hachées menues-menues par la tétée, puis la tétine, puis le doudou qui s’est enfuit sous le lit, le bougre! Puis la gastro, et l’angine, la rage de dent et le « mmaaaammaann!! bateau sur l’eau » A 4h du mat’… Ma tête le matin dans le miroir, avec des cernes plus grandes que mes valises de vacances, et que le trompe couillon que je veux mettre pour cacher la misère est périmé depuis 6 mois…

    Là j’ai compris. Je suis grande. Mais je veux pas qu’on me sorte de là…! Enfin sauf pour les impôts, la flotte et l’électricité…

  10. Arf, 30 ans et suis toujours une gamine. D’ailleurs je repasse pas – je mets sécher les fringues bien droits et c’est bon comme ça – et j’ai pas d’auto (budget oblige).
    Bon par contre j’ai acheté une maison (travaux à prévoir inclus), y a déjà 5 ans (plus que 25 ans à payer :-D). Et là, je me suis dit que ouaip, manifestement, je suis une grande.
    Et je n’ai as mis de télévision dans ma maisonnette. Délibérément.

    Pour avoir fait une overdose d’essais-trop-sérieusement-intelligents, je suis revenue avec délectation aux romans (Mange, prie, aime et Mes alliances, d’Elisabeth Gilbert sont dans mon top de l’année 2013), et des essais-tranquillous (rencontres livresques avec Pierre Rabhi et Christophe André, entre autres).

    Et puis à part ça, j’ai décidé que j’avais le droit à mon rythme, et que tant pis si je ne respecte pas les éphémérides prévues (boulot fixe, monsieur-longue-durée, bébé, etc.).

  11. Il y a un mois j’ai comparé les taux des crédits immobiliers pour éventuellement peut-être (et finalement pas) investir dans une maison. Ce jour là, j’ai su que j’étais définitivement de l’autre coté de la frontière! ;-)

Qu'en dis-tu ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s