« Mon corps m’appartient » : bilan

Voilà quasiment deux semaines que j’ai publié « Mon corps m’appartient » et que j’ai lancé le projet éponyme sur Tumblr. Voilà donc quasiment deux semaines que j’hallucine complet sur ce qui est en train de m’arriver.

Pour faire un peu le point avec vous, avant d’écrire cet article, j’avais environ 200 followers sur Twitter, quasiment 400 likes sur la page facebook, et quand je publiais un billet, j’avais environ 400 lecteurs. Mes stats pouvaient aller jusqu’à 1,000 vues en une journée, puis retombaient à 100 ou 200 par jour. Vraiment, rien d’extraordinaire. J’étais une petite blogueuse insignifiante, j’avais fait un partenariat avec une marque, on n’avait jamais parlé de moi plus que ça, et je ne m’en plaignais pas hein, ne vous méprenez pas. Mais peut-être du coup, pouvez-vous comprendre pourquoi je ne pouvais absolument pas anticiper les réactions que « Mon corps m’appartient » allait susciter.

Je ne l’ai pas écrit pour « le  buzz ». Bon, le buzz est arrivé quand même. Mais le fait est que ne m’attendant pas du tout à être autant lue et partager, j’ai écrit exactement de la même manière que d’habitude. C’est-à-dire d’un coup, en mode jet de pierre, comme je le pensais, sans arrondir les angles, sans estimer que ce que je disais était trop violent ou pas assez consensuel, puisque d’ordinaire, avouons-le sans complexe, mon lectorat était en général plutôt d’accord avec moi.

J’ai donc découvert les joies du débat, et du désaccord. J’exagère un peu, en vrai je connaissais déjà tout ça, mais uniquement avec des gens courtois et polis, avec qui être en désaccord était possible puisque cela ne touchait pas à ma personne et ne me blessait pas. Puisque « Mon corps m’appartient » a été liké plus de 14,000 fois sur Facebook, retweeté plus de 300 fois, que je suis passée à 600 followers et à 1,000 likes sur la page du blog, je dois revoir ma manière de m’exprimer afin d’être irréprochable, et je dois trouver à me protéger aussi.

Être blogueuse, c’est être la cible facile de tous les jugements à l’emporte-pièce qu’il est possible de faire en lisant deux paragraphes sur un blog. Ainsi j’ai été, ces deux dernières semaines, la cible facile d’insultes (« salope », « pute », « hollandiste » ???), de menaces (« si je te trouve tu auras enfin honte de ton corps », je vous laisse juge de ce que ça veut dire), de pressions judiciaires. Le billet a failli être retiré, tronqué, censuré, finalement, en accord avec ma meilleure amie, son visage sur la photo qui a donné naissance au projet a été remplacé par celui d’une amie commune, Queen A., volontairement identique dans le style et la posture, afin que mon amie ne soit pas reconnaissable et que sa vie connaisse un peu de répit également. Elle subissait elle aussi des pressions monstres, et j’ose espérer que c’est enfin terminé.

J’ai également publié ma politique de modération, et je tâcherai de m’y tenir strictement. Ces deux semaines ont été éprouvantes de ce côté-là aussi, puisqu’au départ le système de filtrage des commentaires était très libre : il vous suffisait de poster un commentaire approuvé pour pouvoir publier n’importe quoi sans que j’aie l’occasion d’y jeter un oeil d’abord. Ainsi donc, après que j’ai reçu des menaces de défiguration, quelqu’un a essayé de dévoiler mon identité privée via les commentaires. Maintenant, chacun des commentaires est lu par mes soins avant d’être publié, selon cette politique de modération. Vous pouvez vous y référer avant de poster un commentaire.

Malgré tout cet article a donné naissance à quelque chose de magnifique.

Vous avez été nombreux·ses à m’envoyer votre gratitude dans de superbes messages et/ou commentaires, et vous avez été nombreux·ses également à participer au projet « Mon corps m’appartient » sur Tumblr, où vous êtes plus de 1,400 abonnés, et où on peut trouver plus de 480 photos, accompagnées souvent de légendes poignantes qui m’ont fait pleurer à plus d’une reprise. J’ai vécu deux semaines de pure émotion, les vagues de gratitude et de bonté que j’ai reçues ont de loin submergé les côtés négatifs de cette célébrité soudaine et pour ça, je ne pourrais jamais assez vous remercier.

Le projet a notamment été repris par madmoiZelle (et là, je suis plus que fière) et par Roomantic, merci à eux.

Je n’ai malheureusement pas le temps de répondre à chacun de vos commentaires, gérer le flot, modérer, publier sur le Tumblr et penser à ma vie personnelle, aussi, occupe déjà une bonne partie de mes journées. Mais sachez que je les lis tous, et qu’ils me font tous énormément plaisir (quand ils ne m’insultent pas, haha).

Mon blog n’étant pas particulièrement militant à la base (je suis militante, mais pas que), ne vous attendez pas forcément à retrouver des billets coup de poing à chaque publication. Juste pour prévenir. Et pour tous les petits nouveaux qui ne me connaissent pas, vous pouvez retrouver des publis militantes ou frivoles sur la page FB du blog, des photos de ma bouffe sur Instagram, mes inspirations visuelles sur Pinterest, mes élucubrations bien chiantes sur Twitter, et si vous voulez me donner de l’argent je peux également communiquer mon RIB. Éventuellement. Vous pouvez me contacter via unejeuneidiote[at]gmail.com, ou via le formulaire de contact.

Voilà. Tendresse et chocolats parisiens à plus de 60 boules le kilo (je m’en remets juste pas), j’vous aime putain.

Publicités

15 commentaires

  1. J’ai parcouru un peu ton espace, lu ton billet sur « mon corps m’appartient », eu les larmes aux yeux sur ce bilan (l’amour et les hormones, ca fait pas bon ménage), j’ai lu avec attention ta politique de modération (que je survalide tellement que je te demander la permission de copiter le principe sur mon propre blog. J’en suis qu’au démarrage -de ce blog, sinon j’suis une vieille de la vieille-, mais comme je compte bientôt y mettre des morceaux de mes recherches etc, je voudrais pas qu’on me copite)
    Bref, phrase à rallonge qui ne veut plus rien dire, sorry :)

    Quoi qu’il en soit, j’aime le ton de ton blog, j’aime ta manière de t’exprimer.
    Je repasserai par ici ! :)

    1. Bien sûr, copie donc ;) protéger son espace est très important ! Tu peux aller voir chez Antigone XXI qui a également tarifé la reproduction non-consentie de ses articles, ça peut peut-être t’intéresser :) merci pour ton commentaire ! J’irai faire un tour sur ton blog quand j’aurai cinq minutes. (hélas ! cinq minutes !)

      1. C’est fait, je me suis inspirée de vos pages respectives pour faire la mienne. Merci pour le conseil ! je lui ai laissé un mot aussi pour lui signifier.
        Et puis protéger son espace, c’est aussi nous protéger nous.

  2. De toute évidence, j’arrive après la tempête via le post d’Antigone, mais c’est avec grand plaisir que je découvre ton blog ! Au plaisir de te lire plus tard, quand le calme sera revenu.

  3. « Quelqu’un a essayé de dévoiler mon identité privée via les commentaires » Malgré ce que l’on croit sur l’anonymat et internet, Il n’existe aucun, mais alors aucun endroit qui soit privé sur internet. Créer du contenu sur internet, c’est choisir d’être une « personne publique », même derrière un pseudo.
    On pourrait aussi débattre sur l’expression « identité privée ».

    1. Le terme était peut-être mal choisi mais je souhaitais juste souligner l’extrême malveillance d’une personne qui tente de donner mon prénom, mon nom ainsi que mon adresse dans les commentaires un article, tout en sachant que je reçois des menaces.
      Je pense qu’il n’est pas très difficile de me retrouver mais si on pouvait éviter de me jeter en pâture directement sur mon espace, ce serait plutôt cool.

  4. C’est incroyable que quelques abrutis aient osé t’envoyer de tels messages !
    Heureusement que ce n’est pas la majorité.
    J’ai vu que ton article était repris de-ci de-là et j’ai eu l’occasion de lire les commentaires plus fleuris laissés par la gente masculine, et malheureusement aussi quelques femmes.
    Ton article était génial, surtout n’arrête pas car effectivement « notre corps » nous appartient même si certains en doutent.
    Dans notre société tout le monde se permet de juger : la longueur de la jupe de la demoiselle (comprendre : c’est clairement un appel au viol, elle l’aura bien cherché O_o), son attitude de salope quand le mec sera un tombeur….toujours deux poids deux mesures.
    Garde le cap malgré les pression et bon courage à toi et ton amie !

  5. Je fais partie des nouvelles lectrices que ce buzz t’a amené. Je ne sais même plus comment je suis arrivée ici, sans doute via Madmoizelle (puis j’ai découvert qu’on était sur le même groupe Végé Fb, j’ai trouvé ça rigolo comme coincidence #maviecerécitpassionnant) Ton blog est une vraie pépite, un bijou de réflexion et de remise en question, de féminisme (et on en a cruellement besoin), de recettes pour la nouvelle végétarienne que je suis, et de parenthèse alternativement douce, engagée et drôle. Je suis fan.

  6. Je t’encourage vivement à passer au dessus de toutes les insultes et autres idioties. Dire ce que l’on pense, aujourd’hui, c’est de plus en plus rare. Les citoyens ferment leurs gueules malgré les manifestations. Et toi, tu m’as plu. Parce qu’à travers ton article, tu incarnes en quelque sorte mon espoir qu’un jour le monde se révolte.
    Bonne continuation à toi :-)

  7. Je suis tuée par la méchanceté des gens! en tout cas je suis heureuse d’avoir découvert ton blog grâce à ton article « mon corps m’appartient », je n’ai pas encore le courage d’envoyer une photo, mais j’espère y arriver un jour! Bon courage, et j’ose espérer que les imbéciles vont finir par aller voir ailleurs! A.

Qu'en dis-tu ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s