Divers

Je déménage

Juste un petit coucou pour vous qui passez, ou qui êtes abonné·e·s à ce blog.

Il ne sera désormais plus mis à jour, parce que je déménage ! Retrouvez-moi dès à présent sur Un invincible été, avec un cadeau une superbe recette de pancakes vegan.

Les articles les plus populaires ont été transférés sur Un invincible été, et ne seront plus disponibles dans leur intégralité ici. Elucubrations ne ferme pas encore ses portes, mais à terme, il est voué à disparaître. Prenez votre temps pour trouver vos marques, mais j’espère très sincèrement que vous viendrez me rendre visite sur Un invincible été, plus joli, plus agréable, plus positif.

A tout bientôt ♥

(identité visuelle : Nepsie)

#100HappyDays : semaine 2

Bonjour ! C’est samedi, il fait beau, et j’ai passé une semaine toute douce à travailler sur mon projet, à avancer comme une fusée, et à me dépasser moi-même. Une semaine comme on aimerait en vivre tout le temps !

Si vous êtes un peu attentif, vous pouvez deviner, dans ces 6 clichés, la teneur de mon projet… qui verra le jour, je l’espère, dans la première quinzaine d’avril.

IMG_3017 IMG_3027 IMG_3055 IMG_3074 IMG_3087 IMG_3431

3 – Petit déj de créatrice / 4 – Moleskine et mandala / 5 – teasing de mon travail de ouf ;) / 6 – pause goûter, colle qui sent comme l’école primaire… / 7 – photoshoot commercial ! / 8 – retour de Monsieur Chéri, le weekend commence ♥

A vous ! Qu’est-ce qui vous a fait vibrer cette semaine passée ?

N’hésitez pas à partager cet article, et votre bonheur, autour de vous ;)

Fragile

Je pourrais vous écrire des tonnes de trucs trop rigolos et on se fendrait bien la poire, mais faut croire que c’est pas trop le moment. Parce qu’apparemment c’est le moment du changement. Et je sais pas vous, mais moi les changements je mets un certain temps à les appréhender, à les accepter et à m’y habituer.

On déménage. On n’attend plus qu’une date pour signer le bail et hop, bye bye le quatrième étage humide et froid. Je suis contente. Et puis je me demande ce que ça va me faire de devoir emménager ailleurs, et de devoir « tout recommencer ». De pouvoir faire de ce nouvel endroit mon endroit, vraiment : y laisser ma trace, mes petites grenouilles en nacre ou en bois venues du Sénégal ou du Pérou. Pays que je n’ai jamais vus mais dont je connais l’art de la fabrication des figurines de grenouilles. J’ai plein d’envies et d’espoirs, l’espoir d’avoir vraiment plein de place, l’envie de peindre des arabesques géants sur les murs du salon. J’ai un peu peur aussi, et si finalement c’était pas si bien ? Si finalement c’était quasiment aussi nul que là où on est actuellement ? Et si je m’étais trompée ? (faut savoir qu’un mardi je me suis réveillée avec l’envie de déménager, l’après-midi je tombais sur l’annonce du nouvel appart en question, et le samedi on remplissait un dossier à l’agence, dans le genre coup de tête, ça se pose là)

Monsieur Chéri a un travail. Il n’est plus là, la journée, sa présence me manque, alors on a pris un chat. Pas exactement comme ça ni pour ça mais disons que ça coïncide. Deux semaines sur quatre, Monsieur Chéri va vivre sa vie à Paris et je me retrouve comme une célibataire, une dose massive de SMS pleins d’amour en plus, mais un peu toute seule quand même. Le chat n’est pas aussi doux que Monsieur Chéri. Et moi, toute seule dans 22 m², je ronge mon frein, j’ai froid même quand il fait chaud, et j’ai un peu l’impression de tourner en rond. Je m’invente des projets, des plans de carrière, mais en fait je ne sais pas ce que je veux. Thérapeute, coach, assistance maternelle, écrivain ? Rien du tout ? Je ne sais plus. Je ne sais pas. Et j’ai froid.

J’ai essayé de dessiner une ligne éditoriale pour mon nouveau blog et puis je me rends compte que c’est assez restrictif comme idée. Un thème, qui m’empêche de parler de sujets d’actualité ? Pourquoi j’ai décidé ça ? Mais bon, comme c’est mon blog je fais ce que je veux. Du coup je ne sais plus quoi faire.

C’est l’hiver. Déjà. Je suis partagée entre l’amour inconditionnel que je porte aux bourrasques de vent et aux clémentines, et la déprime saisonnière qui me rattrape déjà à grands pas. Je fixe mal la vitamine D, m’voyez. Quelle idée de planter sa tente dans le nord. Alors je me gave d’agrumes et j’essaye de positiver. J’ai une irrépressible envie de dire à tous les gens que j’aime combien je les aime et pour toujours, comme s’il n’y avait pas de lendemain.

J’ai l’impression d’être le plus fragile des roseaux, ballottée par les vents du changement qui viennent de tous les côtés. Mais il paraît que les roseaux c’est fragile en apparence, et qu’en fait ça survit très bien aux rafales. Alors j’attends que la tempête passe, je râle sur le Cned qui constitue la moitié de ses cours avec des copier-coller de sites internet, je fais des beaux dessins avec les arabesques que je voudrais voir sur mes prochains murs, et j’essaye d’écrire un peu, taraudée que je suis par plein d’interrogations hyper profondes et super bizarres.

Donc c’est pas super rigolo en ce moment. J’avoue que je sais pas trop quoi vous dire en ce moment, qu’est-ce que vous avez envie d’entendre ? Le blog a deux ans et quelques jours, et je ne sais plus vraiment pourquoi je suis là à vous écrire. Qu’est-ce que vous attendez de moi ?

(vraies questions hein, aidez-moi là, ce serait pas de refus)

Je m’en retourne me geler les miches à côté du chat mignon qui dort en boule, ne m’oubliez pas, après deux ans d’amour ce serait ‘achement dommage.