filles

Passez une bonne semaine. Genre pour de vrai. (+ surpriiiise)

Un jour béni du mois de mars, j’ai découvert la coupe menstruelle. Je vous en parlais ici, c’était beau, c’était bon, c’était la vie qui s’ouvrait à moi, bref, le rêve.

Depuis, les choses ont un peu évolué, pour aller plus loin dans ma démarche de libération corporelle, j’ai abandonné la pilule et me suis fait poser un DIU au cuivre, je ne regrette toujours pas ma Mooncup (et ne la regretterai jamais, voire la regarderai avec un petit air de nostalgie et un sentiment de premier amour), mais je vais peut-être devoir en changer. Elle m’allait très bien au début, je réfléchis à une remplaçante ou tout du moins une autre cup pour tester autre chose, voir ce qui me convient le mieux. Et puis de toute manière tête en l’air comme je suis, je serais du genre à la perdre un jour et à l’avoir dans le baba. Autant prévenir.

En attendant j’ai été contactée il y a peu par une entreprise toute jeunette (elle sévit depuis 2009) qui crée et commercialise des serviettes hygiéniques lavables. (ainsi que d’autres produits autour de la féminité, comme des coussinets d’allaitement)

Le karma voulait que depuis un mois ou deux, j’expérimentais des fuites tout à fait impromptues et indésirables avec la Mooncup, et qu’il était hors de question que je rachètes des serviettes jetables (berk berk berk), donc quand Julie m’a gentiment proposé de m’envoyer un protège-slip afin que je le teste, ni une, ni deux, j’ai sauté sur l’occasion.

Des trucs gratuits, vous pensez bien.
(aujourd’hui j’ai décidé de te vouvoyer) (car des raisons)

Je tiens à préciser que je ne m’étais engagée à rien et que j’ai accepté ce cadeau de manière tout à fait gratuite, sans promesse de rien du tout derrière. Je décide de vous en parler, parce que j’ai été convaincue par le produit, et par le message de PLIM. J’ai envie d’aider cette entreprise et de promouvoir les protections intimes lavables, ainsi que le respect du corps féminin.

J’ai donc reçu très rapidement un protège-slip lavable en taille Smart, j’ai trouvé l’objet super mignon, tout doux, et très élégant. Je suis très attachée aux détails, donc l’étiquette sur la face extérieure du protège-slip, réalisée avec beaucoup de soin, me fait fondre. De manière plus globale (et peut-être plus intéressante pour vous), la qualité du textile est au rendez-vous – j’en parlerai plus bas – et les finitions sont très bien faites. (faites comme si j’étais couturière et que je m’y connaissais, siouplé)

Donc du coup me voilà, pour vous parler de PLIM, de mon protège-slip qui est mon nouveau meilleur ami, et pourquoi pas vous faire des surprises et vous gâter, aussi, tiens, soyons fous, soyons des BN. (suite…)

Publicités

[VI] L’égalité des sexes à l’école

Encore un tour du karma : au moment où mon cerveau est le plus réceptif aux manifestations quotidiennes du sexisme dans notre société, voilà que les suggestions de lecture de la reprise me proposent un article d’éduscol (le portail national des professionnels de l’éducation) intitulé : « Genre et pratiques scolaires : comment éduquer à l’égalité ? »

Je tiens pour universellement acquis qu’il ne fait pas bon naître femme à l’heure actuelle sur cette planète. Evidemment, c’est toujours pire « ailleurs » (je pense notamment aux Saoudiennes qui viennent tout juste de se voir accorder le droit de faire du vélo ! mais attention, voilées intégralement, toujours accompagnées d’un homme et dans les rues pas trop fréquentées par contre…) mais même en France, dans notre beau pays de l’égalité et de la fraternité, les droits de l’homme ne sont pas forcément encore universels. (sur plein de points malheureusement) C’est assez édifiant d’ailleurs qu’au lieu d’avancer sur le sujet, la société occidentale tend plutôt à reculer

Par exemple, les Lego, qui étaient avant unisexes, et présentaient des filles au même nombre que les garçons, se sont peu à peu sexualisés.

Cette pub symbolise pour moi le côté coopératif et créatif du jeu, et a le mérite de faire figurer un garçon ET une fille jouant ensemble. Eh ouais, c'est possible !!

Cette pub symbolise pour moi le côté coopératif et créatif du jeu, et a le mérite de faire figurer un garçon ET une fille jouant ensemble. Eh ouais, c’est possible !!

D’un côté, les Lego de bonhommes, avec de plus en plus d’armes à feu, des quêtes épiques et des objectifs comme sauver le monde et anéantir les méchants, et de l’autre, les Lego de demoiselles, déclinés en rose et en violet, agrémentés d’accessoires comme des fours pour cuire des cupcakes, ou des salons de beauté pour changer de coiffure.

Tintintintiiiiin !

Tintintintiiiiin !

En cadeau, voici une pub pour les Lego Friends, activez donc votre filtre révolté de féministe engagé-e, allez !

Autre chose qui me fait tiquer, c’est la pléiade de livres pour enfants ouvertement catégorisés « filles/garçons » : entre les collections spéciales véhicules dont les protagonistes ne sont que des garçons (La moto de Léo, La voiture d’Arthur…) et les livres d’histoires de princesses Disney… et tiens, cette dernière trouvaille aussi :

DVD genrés

Où on voit clairement que la petite fille peut : jouer à la marchande, sourire, être belle, populaire, et faire des cadeaux, pendant que le petit garçon, lui, peut : construire des robots, faire du sport, être fort, et même être un pirate !

(désolée, je suis un peu révoltée par ces DVD)

(attendez j’en remets une couche : vous avez vu que dans plus d’un tiers des épisodes proposés, le protagoniste du dessin animé n’est même pas une fille ? Trotro, Tchoupi, Samsam, Oui-oui… que des mecs tout ça ! Qu’est-ce qu’on envoie comme message aux petites filles ? que même dans un objet qui leur est destiné, elles ne sont même pas le personnage le plus important de l’histoire ? qu’il faut forcément un garçon pour faire une aventure un tant soit peu intéressante ?)

(/parenthèse féministe enragée) (suite…)