en-tête article technologies

Quelle place pour la technologie dans mon bien-être ?

Voilà une question que je me pose depuis un moment. Lorsque je vous parlais de méditationS, je vous présentais une app, Insight Timer, qui permet de chronométrer son temps de méditation et d’entrer dans une communauté virtuelle de méditants – bien réels, eux, rassurez-vous. Déjà, un coin de ma tête s’était demandé si ce n’était pas un peu paradoxal, d’utiliser mon smartphone, symbole criant du consumérisme, comme aide dans un acte aussi minimaliste que la méditation.

La génération du numérique

Au quotidien, je suis hyperconnectée. Je fais partie de la génération qui a grandi avec Internet, littéralement : c’est arrivé chez moi lorsque j’avais 9 ans, et l’avant-Internet est un souvenir un peu flou, comme le sont les souvenirs de l’enfance. C’est la même génération qui voit les avancées technologiques se succéder à un rythme dingue, passant de la VHS au téléchargement en peer-to-peer d’un film de plusieurs gigas en quelques secondes, du gros ordinateur tournant sur Windows 98 à la tablette ultra-light dotée d’un clavier qui se clipse et se déclipse à l’infini pour plus de mobilité. La high tech, c’est pour moi un terme un peu dépassé, parce que c’est la tech dans laquelle je baigne, et avec laquelle je vis chaque jour. Dans notre petit appartement, on trouvera trois smartphones, trois ordinateurs portables, la fibre optique, mais pas de télé, pas de chaîne hi-fi, ni de poste de radio.

Quand je pense à ma relation à la technologie, si fluide et naturelle, je pense souvent à ma grand-mère, à sa platine de vinyle et à ses petites fiches pour apprendre à dompter son ordinateur et sa boîte mail. Je pense à son regard presque effrayé quand j’ai imprimé une recette enregistrée dans les notes de mon téléphone en l’envoyant sur l’imprimante de la maison via la Wi-Fi. Les temps changent, les nouveaux gadgets s’accumulent et les « dernières générations » s’enchainent à la vitesse de l’éclair, au rythme d’un nouvel iPhone par an. (j’exagère à peine)

Toute cette longue introduction pour parler du sujet qui m’intéresse : quelle place peut-on laisser à la technologie, quand on aspire à un mode de vie plus lent, plus minimaliste, plus axé « être » que « avoir » ?

Lire la suite sur Un invincible été

Publicités
gâteau aux pommes en-tête

Gâteau aux pommes à l’italienne

Parfois, on n’est jamais mieux servi que par soi-même. Alors bon, quand j’ai cherché « gâteaux aux pommes vegan » sur Google et qu’aucune recette ne m’a fait saliver des papilles, j’ai relevé mes manches bravement, et j’ai pris le problème à bras le corps. J’avais envie de retrouver le moelleux du gâteaux aux pommes de mon enfance, dans lequel je trouvais toujours qu’il manquait des pommes d’ailleurs, et j’en avais envie maintenant. Le genre de lubies auxquelles il serait dommage de résister, tellement c’est bon, de régresser…

Dans ce gâteau, on va au plus simple. Je me suis inspirée du gâteau aux pommes à l’italienne, mais n’ayant pas mis les pieds dans ce beau pays plus de quelques jours pour un échange scolaire, je serais bien en peine de vous dire si c’est une version fidèle – d’ailleurs, restons-en à l’idée que c’est mon gâteau à moi, s’il vous plaît, ça fait du bien à mon petit coeur fragile. Sa recette est simplissime, ne demande que peu d’ingrédients (vous commencez à me connaître), et rien d’extravagant, faites-moi confiance. Il a aussi son petit secret : il ne contient pas que des pommes.

Ce que j’aime chez lui, c’est donc sa simplicité presque rustique. Ici, pas de chichi. Juste des fruits qui parfument une pâte doucement sucrée parfumée à la cannelle. Le gâteau aérien, fondant et réconfortant qu’il vous faut absolument pour sublimer un goûter, ou même pour commencer votre journée sur un petit nuage. Place à la recette…

Un invincible été

résolutions-2015

Mes résolutions pour 2015

17 jours après tout le monde, j’avoue tout : au départ, je ne voulais pas du tout prendre de résolutions pour cette nouvelle année. Comme me l’a fait remarquer une amie, prendre des résolutions, ça veut dire que quelque chose est mal fait, et c’est un peu bête d’attendre le début d’une nouvelle année pour prendre le problème à bras le corps et le régler. Oui mais… la nouvelle année, c’est inconsciemment (ou pas) le moment des bilans, et l’envie de tourner la page pour commencer à en écrire une nouvelle est bien présente. Résolutions ou pas, j’ai quand même envie de faire mieux que l’an dernier, pas pour la compétition, juste parce que ben, ce serait un peu triste si je pensais qu’à 20 ans, je peux me reposer sur mes lauriers parce que je ne peux rien faire pour m’améliorer.

Je ne me suis pas attablée pour coucher sur le papier mes résolutions, elles me sont venues au feeling, et le truc vraiment top, c’est que j’ai commencé à rassembler les éléments pour les accomplir et m’y tenir, avant de réaliser que j’en faisais de véritables résolutions. Alors avec un peu de fierté et beaucoup de courage (une fois que c’est écrit, j’ai encore moins d’excuses pour procrastiner !), je vous présente mes quelques résolutions pour 2015. Peut-être vous inspireront-elles !

Lire la suite sur Un invincible été